Oeuvres complètes du Père de Montfort

La Prière Embrasée

Quelques mois après son ordination presbytérale, St Louis-Marie écrit au supérieur de Saint- Sulpice son désir de se « former aux missions, et particulièrement à faire le catéchisme aux pauvres gens », son « grand attrait ».Il hésite entre « la retraite et la vie cachée » et « faire aimer Notre Seigneur et sa Ste Mère, d’aller d’une  manière pauvre et simple faire le catéchisme aux pauvres de la campagne,et exciter les pécheurs à la dévotion à la très Ste Vierge. »

Encore jeune prêtre, il ne cesse, « vu les nécessités de l’Eglise, de demander continuellement avec gémissements une petite et pauvre compagnie de bons prêtres qui ‘exercent l’emploi de la mission‘ » Ainsi, début 1703, il obtient de son ami Poullart des Places qui venait de fonder le séminaire du Saint Esprit, de lui préparer des missionnaires. St Louis-Marie se chargerait de les « mettre en exercice ». 

Composée probablement vers la fin de sa vie, comme un cri du cœur et une mise en demeure, cette « Prière Embrasée » (enflammée) forme une sorte de triptyque avec la « Règle des Prêtres Missionnaires de la Compagnie de Marie », et la «Lettre aux Associés…». Montfort y décrit des missionnaires disponibles au souffle de l’Esprit, comme les apôtres, indispensables pour « re-former l’Eglise » et « renouveler la face de la terre ». Il les nomme « apôtres des derniers temps ». (cf : VD n° 35,45,58).
La Règle et les Constitutions actuelles s’ inspirent de ces trois documents.

./uploads/pdf/PDF_FR_31_1.pdfPDF FILE #1

Articles disponibles en | FR | EN | IT | ES | Imprimer l'article | Haut de page